Le véhicule électrique en hiver

L’arrivée de l’hiver entraîne un certain nombre de changements dans notre comportement au quotidien, comme la modification des habitudes vestimentaires ou la mise en route du chauffage de notre habitation.

Nous adaptons aussi notre alimentation, car notre organisme a besoin de plus d’énergie pour combattre le froid.

Comme expliqué dans notre article à propos de la préservation de la bonne santé des batteries des véhicules électriques, ces dernières ont une plage optimale de températures de fonctionnement. En dessous de celle-ci, un certain nombre de choses doivent être prises en compte pour réduire autant que possible l’impact du froid.

Les différences entre un véhicule électrique et un thermique quand l’hiver arrive

Depuis qu’ils existent, et surtout lorsqu’ils prennent de l’âge, les véhicules thermiques nous ont habitués à devoir tenir compte de certains inconvénients qui apparaissent dès l’arrivée de la saison froide.
Il s’agit du démarrage du moteur, du dégivrage des vitres, du désembuage, etc.
Une fois que la voiture thermique a démarré, il suffit d’attendre pour que la chaleur du moteur profite à l’ensemble de l’engin, y compris dans l’habitacle.

Sur une voiture électrique, il en est autrement : le moteur ne chauffe pas, ou alors de manière insignifiante par rapport à celui d’un véhicule thermique.
Pourtant, les passagers doivent aussi se réchauffer et l’énergie pour produire cette chaleur doit forcement venir de la batterie de propulsion du véhicule.
Il en est de même pour le dégivrage du pare-brise et de la lunette arrière, etc.

hiver voiture electrique - Le véhicule électrique en hiver

La batterie d’une voiture électrique et ses performances en hiver

Lorsque les températures hivernales arrivent et que le mercure n’atteint plus les 12-15°C, les performances d’une batterie de véhicule électrique se dégradent.

On peut en effet constater que la batterie chargée à 100% en été indique une plus grande autonomie qu’en hiver.
Ce rendement diminue d’autant plus avec la consommation du chauffage.

En hiver, il est donc recommandé de rouler d’abord lentement en évitant les grosses accélérations dès le démarrage, pour ne pas trop solliciter la batterie encore froide.
Les réactions chimiques provoquées par l’utilisation de la batterie augmentent sa température, ce qui permet d’utiliser tout son potentiel après quelques kilomètres.

voiture electrique hiver - Le véhicule électrique en hiver

L’autonomie du véhicule électrique en hiver

De manière générale, on estime que l’autonomie d’une voiture électriquediminue d’environ 20 % en hiver par rapport à l’été, sans tenir compte de l’utilisation du chauffage.
Ce chiffre peut même doubler en fonction de la température demandée dans l’habitacle.

L’utilisation du chauffage

En regardant l’ordinateur de bord de votre véhicule électrique, vous remarquerez une perte d’autonomie de 5 à 10 kilomètres par degré lorsque vous augmentez le chauffage.
Les personnes frileuses devront donc bien réfléchir avant de régler leur climatisation, car le réchauffement de l’habitacle de la voiture électrique sera toujours au détriment de l’autonomie.

Il est dès lors plus prudent de se contenter d’un thermostat autour de 20°C pour réduire cette perte d’autonomie.

Les sièges et le volant chauffants aident à optimiser la consommation de chauffage de la voiture, diminuant ainsi la sollicitation de la batterie de propulsion et ses conséquences sur son autonomie.

Le "mode hiver"

Les véhicules électriques d’aujourd’hui sont en général équipés d’un “mode hiver” qu’il faut activer en saison froide.
Ce “mode hiver” est assez intéressant, car il aide à maintenir la batterie à une certaine température en la réchauffant lorsque c’est nécessaire. Ceci permet de conserver toutes les qualités de la batterie en matière de conduite (réactivité, etc.) et améliore les performances de la recharge en courant continu CC (ou DC).
Toutefois, maintenir la batterie à la bonne température en hiver nécessite de la réchauffer. Et la réchauffer consomme aussi de l’énergie, de qui diminue l’autonomie.

hiver vehicule electrique - Le véhicule électrique en hiver

La recharge d’un véhicule électrique en hiver

Le processus de recharge de la batterie d’un véhicule électrique actuel entraîne une activité chimique au sein des composants de l’accumulateur, ce qui augmente par conséquent la température de la batterie.
En hiver, pour partir le matin avec votre véhicule électrique, il est donc plus intéressant de programmer la recharge de manière à ce qu’elle se termine juste avant votre départ.

La batterie sera ainsi à la bonne température, grâce à ce processus de recharge, et son système de gestion ne devra pas puiser dans sa réserve pour la réchauffer.
Par ailleurs, le fait de rouler et d’utiliser la batterie la maintient à température sans dépense d’énergie supplémentaire.

Préchauffer durant la recharge

Un grand luxe qu’offrent les voitures électriques actuelles est de pouvoir programmer la bonne température intérieure avant le départ. Lorsqu’on dispose de la climatisation, le système actionne le chauffage – ou l’air conditionné – en fonction de la température ambiante et de celle réglée par l’utilisateur.
En hiver, cette fonction permet de trouver l’habitacle de son véhicule électrique déjà chauffé à la température souhaitée. Ce préchauffage utilise exclusivement l’énergie qui vient de la borne de recharge (privée, mobile ou publique) et non pas de la batterie.

Outre le confort de cette fonction, le plus intéressant est surtout l’économieobtenue au niveau de la batterie de propulsion, qui permet de gagner des kilomètres d’autonomie.

Les pneus hiver et leur importance en véhicule électrique

En hiver, votre véhicule électrique devra se chausser de pneus adéquats pour cette saison.
Ces pneus augmentent la sécurité grâce à leurs performances en matière d’adhérence en basses températures, dès que ces dernières descendent en dessous des 7°C.
Il faut aussi penser à bien les gonfler suivant les indications données par le constructeur.
Gonfler les pneus à la pression préconisée permet de garder une bonne tenue de route, mais aussi de diminuer leur usure et surtout d’améliorer la consommation du véhicule électrique.

Retour haut de page